ARTICLES


La villa Sunny Corner a Paris Plage par Leon Hoyez architecte Goissaud Antony

La villa Sunny Corner a Paris Plage par Leon Hoyez architecte Goissaud Antony

La villa "Sunny Corner" à Paris-Plage, par Léon Hoyez, architecte
Goissaud, Antony


La construction moderne, revue hebdomadaire d'architecture, 43e année, n°45, 5 août 1928.


In-4, revue brochée sous couverture souple illustrée en noir, xviii- 529-540 pp. -xix-xxvi.
L'article sur la villa de l'architecte Léon Hoyez est paginé de la page 529 à la page 534 (avec sept illustrations, dont deux plans) et comprend en outre cinq planches, dont quatre en "pleine page".
Bon état. Un pli sans gravité au milieu de la couverture.



Livre non disponible
Si "Paris-Plage, c'est Quételart", comme a pu l'écrire à juste titre l'architecte Albert Laprade dans la revue L'Architecte, en avril 1934, il n'en demeure pas moins que d'autres architectes que Louis Quételart (1888-1950) contribuèrent à définir la physiognomie de la station balnéaire du Touquet, "l'Arcachon du Nord" selon la formule des années trente. Aux côtés de Henry-Léon Bloch et Auguste Bluysen, l'architecte Léon Hoyez fut de ceux-là.
En 1927, dans un style proche des réalisations de Süe et Mare, Hoyez avait déjà conçu les boutiques de l'avenue du Verger, qui faisaient face au parc des Pins. Durant l'entre-deux-guerres, ces magasins abritèrent les enseignes les plus prestigieuses de bijoutiers et couturiers parisiens. "L'architecte Albert Pouthier choisit d'y établir son agence où il montre ses réalisations à l'instar d'autres créateurs à la mode. L'enfilade relie les hôtels les plus prestigieux, le Royal Picardy, l'Hermitage et le Westminster et ces Champs-Elysées balnéaires sont la promenade préférée des élégantes. [...] Arsène Bical meurt en 1924 et son successeur, Léon Hoyez, poursuit son oeuvre par la réalisation de quelques demeures comme Panjo [...] ou Sunny Corner, non loin du casino, dont le vaste plan se développe en Y, et dont la situation sous les ombrages, ses dimensions mêmes ne permettent pas, à la revue La Construction moderne, d'en donner une photographie générale." (Richard Klein, Le Touquet Paris-Plage, la côte d'Opale des années trente, éd. Norma, 1994, pp. 62 et 84) La villa Sony Corner témoigne de la préférence touquettoise pour le cottage de style anglo-normand durant l'entre-deux-guerres alors qu'avaient prévalu les styles historiques avant-guerre.
"L'architecte Léon Hoyez a eu l'occasion d'être choisi par M. Oscar Roditi qui mettait d'abord à sa disposition un terrain d'angle d'une superficie assez étendue et pouvait aussi consacrer une somme rondelette (sic) à l'habitation. Le propriétaire est un homme de goût et laissait toute lassitude à son architecte pour réaliser aussi les intérieurs. Dans ces conditions Léon Hoyez a pu faire grand et Suny Corner est de dimensions imposantes. [...] Cette villa, conclut Antony Goissaud dans La Construction moderne, retiendra l'attention de nos lecteurs comme elle a retenu celle des visiteurs du Salon des Artistes Français de 1927. Elle fait honneur à Léon Hoyez qui se montre le digne successeur de Arsène Bical, un des maîtres de l'architecture pittoresque du Touquet-Paris-Plage."